Place et rôle de l’orgue dans les communautés observantes italiennes

Hugo Perina, Centre de Recherches Historiques, Paris (perina.hugo@gmail.com)

Les ordres mendiants (Franciscains, Dominicains, Servites et Carmes) occupent une place de premier plan dans le développement de l’orgue en Italie au XVe siècle. Le recours de plus en plus fréquent à la musique polyphonique ainsi qu’à l’accompagnement instrumental dans la liturgie fait l’objet de débat dans toute l’Église latine, mais les Mendiants sont les plus actifs dans la production d’un discours normatif traversé par l’Observance. Il s’agit pour eux de départir ce qui, dans la musique jouée à l’église, appartient à la sainte inspiration ou au divertissement profane, dans la grande tradition initiée par saint Augustin et réactualisée par saint Antonin de Florence. Quand jouer de l’orgue ? Est-il légitime de commander un orgue ? Un frère peut-il être organiste ?

Le chapitre des Franciscains observants à Bolsena en 1469, les chapitres généraux des Dominicains de 1515 et 1523 et les discours de réformateurs tels que Savonarole et Ludovico Barbo serviront de base pour un contrepoint historique faisant dialoguer normes théoriques et pratiques documentées par les sources comptables qui donnent la mesure de l’implication considérable des frères dans la commande, la production et le jeu d’orgues. L’étude de ce paradoxe permet enfin de poser la question de l’efficacité de l’Observance sur les pratiques musicales contemporaines.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.