Riforme e osservanze tra XIV e XVI secolo, Michele Lodone

Michele Lodonemichele.lodone@sns.it

L’obiettivo dell’intervento è presentare le tendenze della storiografia sulle osservanze (fino al Concilio di Trento), in modo da individuare i principali problemi aperti e gli aspetti ancora da indagare. Dal momento che è prevista una sessione dedicata alla storiografia dei singoli Ordini, si adotterà una prospettiva generale e, laddove possibile, comparativa.

Il discorso si divide in tre parti. La prima intende ripercorrere la storiografia che ha affrontato il problema dell’Osservanza da un punto di vista complessivo (non limitatamente a un solo Ordine, per quanto importante): dagli studi pionieristici svolti o promossi da Kaspar Elm a quelli recenti di James Mixson e Bert Roest.

Dopo aver discusso il problema dell’inquadramento (cronologico e geografico) e della messa a fuoco (terminologica e concettuale) del fenomeno osservante, la seconda parte tenterà di passare in rassegna criticamente i campi d’indagine privilegiati, nel complesso, dagli studi sulle osservanze (in estrema sintesi, i loro complessi rapporti con la politica, la società e la cultura del tempo).

La terza parte, infine, proporrà una sorta di piccola ‘agenda storiografica’, richiamando alcune fonti o figure che attendono ancora studi adeguati, e si concentrerà quindi su un problema fondamentale, di cui la storiografia recente si sta mostrando sempre più consapevole: la necessità di decostruire il discorso osservante, di decostruire la narrazione propria della storiografia osservante. A tal proposito – dal momento che le ricerche particolari, come ebbe a scrivere Giovanni Miccoli, «sono un po’ l’ossatura ma anche la difesa di ogni studioso di storia» – aggiungerò, per concludere, qualche proposta e osservazione tratta dalle ricerche da me svolte in prima persona.

 

Réformes et observances entre le XIVe et le XVIe siècle

La communication se propose de présenter les tendances de l’historiographie sur les observances (jusqu’au Concile de Trente), de manière à identifier les principaux problèmes encore ouverts et les aspects qui attendent encore d’être abordés. Puisque nous aurons une session consacrée à l’historiographie des ordres pris un par un, j’adopterai pour ma part une perspective générale et, lorsque c’est possible, comparative.

Mon propos se structure en trois parties. La première parcourt l’historiographie qui a abordé le problème de l’Observance d’un point de vue global (et non limité à un seul ordre, même s’il s’agit d’un ordre important), depuis les travaux pionniers réalisés ou promus par Kaspar Elm jusqu’aux recherches plus récentes de James Mixson et Bert Roest.

Après avoir abordé la question des bornes chronologiques et géographiques et la mise au point terminologique et conceptuelle du phénomène observant, la seconde partie tentera de passer en revue avec un regard critique les principaux champs privilégiés par la recherche sur les observances (pour synthétiser à l’extrême, leurs rapports complexes avec la politique, la société et la culture contemporaines).

La troisième partie, enfin, proposera une sorte de petit « calendrier historiographique », en attirant l’attention sur certaines sources ou certaines figures qui attendent encore d’être correctement étudiées, pour se concentrer ensuite sur un problème fondamental, dont l’historiographie récente est toujours davantage consciente : la nécessité de déconstruire le discours observant, de déconstruire la narration propre à l’historiographie observante. À ce propos – puisque les recherches personnelles, comme l’écrivait Giovanni Miccoli « sont un peu l’ossature mais aussi la défense de chaque historien » – j’ajouterai pour conclure quelques propositions et observations tirées de mes propres recherches.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *