Les Dominicaines ou les paradoxes de l’Observance, Sylvie Duval

Sylvie Duval: duvalsylvie@hotmail.com

Les religieuses associées à l’Ordre dominicain au Moyen Age forment une galaxie dont il est très difficile de cerner nettement les contours. Or il apparaît que la réforme observante de l’Ordre, initiée par le maître général Raymond de Capoue et d’autre disciples de Catherine de Sienne, a dès le départ inclus les « dominicaines », moniales et tertiaires. La réforme équivaut donc pour, ces religieuses, à une réaffirmation de leur lien avec leur ordre de tutelle, grâce à une plus grande implication des frères dans la gestion des maisons féminines. En contrepartie, ces communautés de moniales ou de tertiaires perdent beaucoup de leur ancienne autonomie, y compris dans leur gestion de la vie quotidienne. La sévère norme de la stricte clôture est au centre de ces paradoxes de l’Observance féminine dominicaine : cœur de la réforme féminine, la clôture est aussi bien, pour les premières réformatrices, la preuve de leur ascèse spirituelle et de leur conversion totale que, pour leur ordre de tutelle comme pour les pouvoirs public, un moyen de les « renfermer » dans leurs monastères.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *